HE MUST HAVE FORGOTTEN THE SAFEWORD



2018

Plâtre, bois (dont brûlé), élastiques de cuisine, pièce de cuir découpée (rebus de maroquinerie), fil nylon, crochet de boucher
115 x 65 cm

Un morceau de cuir noir lacéré est décoré de fines tresses en silicone et de moulages en plâtre de bois flottés, disposés à la manière d’une cage thoracique. Costume sacré d’une civilisation primitive fictive, contrefaçon d’une relique s’appropriant une esthétique tribale imaginaire, à moins qu'il ne s’agisse d’un tragique accident de Bondage, cette sculpture faite de matériaux pauvres (élastiques de cuisine, plâtre et chute de cuir utilisé par l’industrie), interroge les notions de pastiche, de détournement, de copie, de fiction et de travestissement.

(Vue de l’exposition SOUS LA PEAU, LE REVERS DES STRUCTURES, 2018)
© Photo : Catherine Radosa


Mark


© Laure Wauters